Interview de Manceau

Interview de Manceau

Comme promis, pour en savoir plus sur Manceau, voilà l’interview de Julien, le chanteur et François, le batteur (pour ne donner que leur activité principale dans le groupe, car ils ont de multiples talents).

Un agréable moment avec ces deux rennais, sympas et motivés à voler de leurs propres ailes dans la jungle musicale. Go guys, ici, on vous a adopté 😀

Vidéo de l’interview de Manceau du 23 avril 2012 :

[vimeo]http://vimeo.com/41134982[/vimeo]

Pourquoi avoir appelé votre groupe « Manceau » ?

Julien : Le nom Manceau parce que l’on a enregistré le premier EP en 2009 dans mon appart qui donnait sur le Parc des champs Manceau à Rennes. On trouvait ça super de prendre  un nom de groupe à consonance française sur ce projet. On chante en anglais et on aimait bien cette petite référence française. En plus, c’est un parc, un côté un peu bucolique et on faisait un peu de folk  au début. On trouvait ça plutôt sympa. Du coup, c’était le début du projet donc pour la petite histoire c’était cool…

Comment vous êtes-vous rencontré ?

François : On faisait déjà de la musique ensemble avant le projet Manceau avec Samuel et Julien. On croisait très régulièrement Vincent sur les concerts. Du coup, le projet est né comme ça, l’idée de faire un projet live de ce qu’avait déjà produit Julien tout seul.

Quelles sont vos références musicales ?

Julien : Ce qui a influencé le disque, c’est les pop-songs un peu Beattles, les Zombies, dans l’écriture les gros projets anglais un peu 70’s, au niveau de la production effectivement, on aime bien aussi seventies et un peu synthétique un peu eighties. C’est des groupes comme les Smiths ou par exemple les trucs un peu plus newhave, les Cure. Ou même nineties, car du coup, on est né dans les années 80, alors c’est vrai que les années 80 nous ont touchés beaucoup mais 90 aussi, donc les trucs un peu plus britt pop comme les Blur, Oasis… Tout cet univers, la pop on aime bien. On aime aussi des choses un peu plus ciblé. On écoute aussi du classique, du jazz…

Comment est né votre album ?

Julien : Le projet est né après le premier EP en 2009. Ensuite on a fait les Transmusicales et c’est vrai qu’on avait joué après ce premier EP, ça nous a permis de faire pas mal de concert et on s’est dit « après les Trans, il faut qu’on enregistre notre disque ». Ça a été vraiment le point de départ. Je pense qu’on avait l’envie avant de le faire, mais le point de départ ça a été ce concert là, puisque c’est vrai qu’on avait beaucoup de morceaux, on commençait à les produire et à enregistrer par nous-même. On passait beaucoup de temps sur la prod et c’est à ce moment-là qu’on s’est dit qu’on allait du coup faire l’album et les enregistrer.

Votre musique est très positive sur vos titres les plus connus (full time job, the melody of hapiness) écrivez-vous aussi des chansons plus mélancolique ?

[vimeo]http://vimeo.com/17573070[/vimeo]

François : Alors, sur l’album, c’est vrai qu’il y a des titres, en tout cas au niveau des textes qui abordent des sujets peut-être moins joyeux que The melody of hapiness, comme GrandMa qui est un texte de Julien qui est assez personnel du coup on va peut-être pas rentrer dans les détails, mais qui traite d’un sujet pour le coup qui n’est pas forcément… de la même thématique. Sinon dans ce qu’on peut citer dans les textes, ça parle aussi de rupture, il me semble que l’on n’est pas, enfin voilà… C’est vrai que dans la mélodie, dans la musique, on va plutôt être dans des thématiques joyeuses, mais après dans les textes, ce n’est pas forcément systématique

Vous sortez votre premier album, c’est une consécration pour vous ?

Julien : Une consécration, non je ne sais pas, mais c’est l’aboutissement. C’est vraiment l’aboutissement d’un boulot qu’on a fait là pendant 1 an et demi…

François : C’est un soulagement en fait, l’album est prêt depuis décembre… Maintenant on a envie de le défendre, de monter sur scène pour montrer ce qu’on sait faire.

Quelles sont le prochaines dates ?

François : On a quelques dates, mais on attend en fait la rentrée, parce que jusque-là on travaillait sans tourneur. Et là on a depuis peu un tourneur et du coup, on travaille sur la sortie de l’album avant…

Julien : On part au Japon fin mai pour faire un peu de promo là-bas. On sort aussi notre disque là-bas, donc voilà, on a des dates au Japon. Et puis, c’est vrai que la tournée va se lancer à la rentrée là, donc on est en phase de promo et on prépare des petites choses, comme on va ressortir un nouveau clip, je pense en septembre.

Qu’attendez-vous de la sélection au Fair ?

François : En fait le Fair c’est cool, parce qu’ils accompagnent les musiciens sur pleins de facettes, notamment le tour. C’est-à-dire qu’ils apportent un soutien financier sur le tour, donc ça permet d’aller chercher un peu plus de dates. Ils nous accompagnent aussi sur le matos, ça nous a permis d’investir dans un peu de matériel. On est assez féru de vieux matos et du coup ça nous a permis d’aller chercher par exemple des vieux synthés analogiques en fait, et d’enrichir notre collection là-dessus. Puis aussi médiatiquement, c’est un sacré tremplin.

Julien : On a eu des formations, tu vois, un peu… On va monter notre label, notre structure et société, puisqu’on autoproduit du coup notre disque, donc c’est nous qui gérons la sortie du coup, on a eu accès à pas mal de formations qui nous ont permis d’apprendre sur le juridique, le droit du disque et sur pas mal choses, d’en apprendre beaucoup. Et c’est aussi une reconnaissance du milieu finalement, c’est vrai qu’on a eu des retours assez cool. Et parfois, on peut manquer de confiance en nous et voilà ça fait plaisir.

Crédit photo : Ludo Bonnet

Vos textes sont en anglais, pensez-vous un jour chanter en français ?

Julien : Ecoutes oui, enfin, oui ou non, en tout cas, on n’a pas de limite, si y a une collaboration avec un artiste ou si… Enfin, je pense qu’on ne sera pas opposé à ça. Pour le moment, on essaie clairement de défendre notre anglais, enfin notre disque qui est en anglais. Le prochain disque sera certainement encore en anglais et puis y aura peut-être ensuite des collaborations ponctuelles, on sortira peut-être aussi un disque en français, enfin je ne sais pas. En tout cas, on n’est pas fermé à cette idée là

Communiquez-vous avec votre public sur twitter ou facebook ?

Julien : Ouais, ouais, on gère les réseaux sociaux personnellement, ouais. Par contre, ce n’est pas quelque chose qui est super naturel pour nous, tu vois. On voit des groupes qui communiquent, qui arrivent à faire une communication sur un évènement ou un non-évènement. Nous, on a encore un petit peu du mal, tu vois à le faire, mais c’est vrai que c’est nous qui gérons nos pages facebook, twitter et les autres réseaux sociaux. C’est un truc qu’on aime faire l’échange, c’est vrai que c’est un contact direct avec les gens qui apprécient ou pas ta musique, mais en tout cas, y a une vrai interaction, ça c’est super intéressant

NDLR : Suivez Manceau sur Facebook, Twitter et sur leur site internet

Suivez-vous des blogs ou des sites ?

Julien : J’ai un site que j’aime bien, c’est Satellite Voices, que je trouve assez cool, c’est un truc de tendance sur toutes les villes, les capitales européennes et autres. Sinon, toute la presse spécialisée musicale et tous les blogs, style Tsugi

Merci à Manceau, Ephelide et Dans La Cible

Ecrit par Sandrine

Passionnée par les voyages, le sport et mes chiens. J'écris aussi sur les livres et pleins d'autres trucs sympas. J'aime les sorties, les rencontres, bref la vie... et les talons. Je blogue aussi un peu sur blogosports.com Mon plus grand rêve est de faire le tour du monde.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *